L'Académie de Minuit
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 M.L'inconnu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taralia
Trésorière en chef
avatar

Nombre de messages : 1544
Age : 102
Localisation : Quelque part ! Hey patate ! (nan je ne parlais pas de Ranwou Awi-chan)
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: M.L'inconnu   Dim 14 Jan - 21:50

Un homme est arrivé à la maison, il est pas gros, mais pas vraiment maigre. Un peu bedonnant mais pas trop. Son nez est un peu retroussé et des rides creusent des fossés dans ses joues. Je n’aime pas la façon dont il se comporte, je n’aime pas la façon dont les femmes sortent de la salle à manger, presque craintive, et celle dont elles ne s’approchent pas de lui tout en lui faisant des courbettes.
On m’a certifié qu’il était très gentil.
Les gens gentils ne disent pas bonjour aux enfants avec un sourire niais et en disant :
« Bonjooour les enfants » et vous certifie qu’il vous a offert un gros cadeau et vous vous retrouvez en faite avec une boîte de chocolat infecte sur le dos en plus.
Son costume me rappelle les vieux films américains des années 60, on lui a proposé un whisky.
On ne boit jamais de whisky à cette heure-ci d’habitude. On ne boit pas de whisky tout court d’ailleurs.
J’enrage silencieusement de le voir se pavaner devant mes grand-parents, lui le riche actionnaire chez EDF, eux, les fiers paysans qui ont trimé toute leur vie.
Je déteste sa façon de parler, et de s’avachir ainsi sur la chaise alors qu’il n’est qu’un invité ici.
Je supporte très mal la campagne, alors si c’est pour voir des produits de l’exode rurale venir humilier mes grand-parents, je préfère retourner immédiatement chez moi.
Ils parlent affaires.
J’ai plus l’impression que c’est le banquier de la famille qu’un ami. Je n’entends la conversation que par bribe, j’ai mis la musique le plus fort possible. Je ne tiens pas à l’entendre d’ailleurs. La conversation, pas la musique.
J’étouffe doucement un soupir tout en le fusillant du regard.
Ma mère lit, dans un vieux fauteuil défoncé, elle fait dos à l’homme.
Je l’ai toujours vu qui prêtait attention au moindre détail chez mes grand-parents, je suppose donc qu’on l’a chassé.
Mais j’aurai entendu des éclats de voix…
Qui est donc cet homme qui vient chez nous pour se vanter.
Remplaçant le « bonjour » par « Mon contrat est signé »
Je caresse l’idée en silence de l’assommer et de l’attacher au plafond pour lui faire ravaler sa vantardise.
Je n’essaye même plus d’écouter, j’observe seulement.
Quand mon grand-père parle, il a l’air de n’en avoir rien à faire.
Ma sœur est en train de coudre. Fallait-il qu’elle choisisse ce moment pour se donner à ce travail, trop typiquement féminin ?
Je hais être prise pour une enfant. Et je hais par dessus tout les gens qui essaient de me convaincre moi-même que j’en suis une.
Je suis silencieuse, la mine concentrée, je ne lui prête aucune attention.
Ses cheveux en brosse, son ventre qu’il met en avant, ses oreilles trop grande, son quintuple menton, sa bouche trop large.
Non je ne l’aime pas.
Le sujet dérive, maintenant ce sont les morts à répétition qui défrayent la chronique. Je pousse un soupir.
Les enterrements à répétition, je trouve ça glaçant.
Quelqu’un mort, puis un autre, puis un autre, et on s’attend toujours que le prochain soit soi.
Je n’aime pas les enterrements.
Je n’aime pas cette grande baraque blanche, toute froide, ou les gens entrent et sortent comme dans un moulin, se moquant bien de savoir s’ils gênent ou non.
L’homme s’en va.
Je suis obligé de lui faire la bise.
Il m’appelle « ma poulette ». Je ne suis pas votre poulette, monsieur.
Ah vous me demandez mon nom ?
Sophie.
Mon age ?
Ca se voit pas ?
Je lui dis, calmement. Il pensait que j’en faisais moins.
Je souris, hypocrite à souhait.
Ah oui, il a 48 ans ? Il en paraissait 30 de plus…
Je lève les yeux aux ciels en poussant un éternel soupir.
Imbécile…

_________________

Quelqu'une :B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sopida.skyblog.com/
 
M.L'inconnu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Farindar :: Près du feu :: Le coffre aux écrits-
Sauter vers: